SAINTE JEANNE D'ARC
1412-1431

Née en 1412 au village de Domrémy, Jeanne mène d'abord la vie d'une petite paysanne pieuse de son temps. Elle garde le troupeau de ses parents et ne reçoit pas d'instruction à proprement parler, mais elle est élevée chrétiennement. Sa foi est simple, mais profonde. C'est vers l'âge de treize ans qu'elle entend pour la première fois Dieu lui confier une mission qui, pour être politique, n'en est pas moins, pour elle, religieuse. Ses « voix » se font de plus en plus insistantes. Elle résiste ; n'est-elle pas une pauvre fille de la campagne, et rien de plus ? Car il s'agit essentiellement de faire sacrer le roi à Reims et de chasser les Anglais du territoire français. Elle finit par se laisser convaincre.
D'abord traitée de folle, elle est enfin prise au sérieux. C'est alors l'aventure guerrière. La victoire de son armée devant Orléans, qu'elle délivre, authentifie son message. Elle fait sacrer Charles VII et remporte d'autres succès militaires. Puis le moment des revers arrive. Capturée aux portes de Compiègne, elle est livrée aux Anglais par les Bourguignons et enfermée dans le château de Rouen. Son procès, instruit par des hommes d'Église, dont l'évêque Pierre Cauchon, aboutit à sa condamnation à mort. Remise au « bras séculier » , elle est brûlée vive sur la place du Marché, à Rouen, le 30 mai 1431. Elle meurt en prononçant plusieurs fois le nom de Jésus.
Les choses ne pouvaient en rester là. En 1455 s'ouvre le procès de réhabilitation qui aboutira à une sentence positive l'année suivante. Bien plus tard, elle sera canonisée et deviendra patronne secondaire de la France. Son mot d'ordre, « Messire Dieu premier servi » est bien connu. Elle l'a mis en pratique par une confiance absolue en Dieu qui la chargeait d'une mission sans rapport avec ses possibilités naturelles. Elle nous donne en cela un exemple de foi toujours valable, quels que soient notre place et notre rôle dans la vie du peuple de Dieu.
(Tiré du livre LE SAINT DU JOUR de Marcel Driot-Editions MEDIASPAUL)

Jeanne d’Arc rencontre Charles VII

Jeanne d’Arc entend depuis l’âge de 13 ans les voix de Saint Michel, Sainte Catherine, Sainte Marguerite, qui la préparent à une mission inouïe.
Depuis Azincourt et le traité de Troyes (1420), « il y a grande pitié au Royaume de France » qui subit la guerre de 100 ans et une double monarchie au profit de l’Angleterre. Jeanne arrive à Chinon pour rencontrer le futur Charles VII, qui consent à la recevoir le 25 février, mais il la met à l’épreuve en se cachant dans le groupe des courtisans. Guidée par ses conseils, Jeanne se dirige tout droit vers lui et lui annonce que sa mission est de « bouter les Anglais hors de France » et de le faire sacrer et couronner à Reims, le comme légitime Roi de France. Jeanne convainc le Roi et ses théologiens. Elle reçoit alors le commandement militaire, et une armure.
Ses voix disent de creuser derrière l’autel de l’église de Sainte Catherine de Fierbois pour trouver une épée marquée de 5 croix, que la tradition attribue à Charles Martel. Elle fait peindre sur un étendard le Christ entre deux anges et broder sur la soie " Jésus, Maria ! " avant de prendre le chemin d’Orléans.

LIENS: http://www.domremy.org

retour au sommaire