retour au sommaire

SAINT FRANCOIS D'ASSISE
1182-1226
Fêté le 4 octobre


" Va, François, répare Ma maison qui tombe en ruines ! "

A la fin de sa vie, François d'Assise, dans un sursaut d'indignation répondit ainsi à un jeune qui l'appelait "le saint": Tu crois que je suis un saint ? Mais tu ne sais donc pas que ce soir même je pourrais coucher avec une prostituée si le Christ ne me soutenait pas!"

Alors qu'il était jeune homme, François aimait bien s'adonner aux plaisirs de la terre. II arriva qu'un jour, François tomba malade. C'est alors qu'il entendit Notre-Seigneur lui demander de quitter le monde et de Le suivre. François commença alors à visiter les hôpitaux et à servir les malades. Il avait l'habitude de dire: "Si queqlu'un sert les pauvres, il sert le Christ Lui-même."

François se revêtit des hardes d'un pauvre berger et commença à prêcher la paix avec Dieu, la paix avec le voisin et la paix avec soi-même. Il considérait toutes choses et toutes personnes comme ses propres frères car ils avaient tous été créés par le même Dieu.

François amena douze hommes avec lui jusqu'à Rome, et le Pape lui donna la permission de fonder un nouvel Ordre, celui des Franciscains.

François eut une vision dans laquelle Jésus était crucifié sur la croix. Les marques des cinq blessures de Jésus apparurent sur ses mains, son côté, ses pieds et elles y demeurèrent toute sa vie.

Quand François devint gravement malade il pria: "O Dieu, je Vous remercie pour les épreuves que j'endure." Il s'éteignit le quatre octobrre 1226.

(D'après Lawrence G. Lovasik, LE LIVRE DES SAINTS, Edition Saint Joseph)

A quelqun qui demandait si l'on devait témoigner du respect aux sacrements administrés par un prêtre qui vivait en concubinage, St François répondit : " Ses mains ont touché le Seigneur. Qu'elles soient ce qu'elles veulent, elles ne peuvent ni rendre impur mon Seigneur, ni diminuer Sa force. Par respect pour le Seigneur, j'honore Son ministre. Celui-ci peut être mauvais pour lui même, mais pour moi, il est bon."

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,

Là où est la haine, que je mette l'amour.
Là où est l'offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l'union.
Là où est l'erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.

Car c'est en se donnant qu'on reçoit,
c'est en s'oubliant qu'on se retrouve,
c'est en pardonnant qu'on est pardonné,
c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle vie."

retour au sommaire