BALESTRINO (ITALIE)
1949-1971 et 1986
Notre Dame de la Réconciliation et de la Paix
mais aussi, Notre Dame de la Croix

Mes chers enfants, priez ! priez davantage et de plus en plus, car l'humanité cherche la paix mais le monde ne pourra l'obtenir qu'avec la Miséricorde de Dieu (Message donné le 5 mai 1960)

 

HISTORIQUE
Marie est apparue pour la première fois à Caterina Richero, alors âgée de neuf ans, le 5 octobre 1949. Toujours le 5 du mois vers 18 heures, mais pas tous les mois. Notre-Dame de la Sainte Croix se fit voir jusqu'au 5 octobre 1971, soit durant 22 ans. A titre personnel elle apparut à Caterina une ultime fois le 5 novembre 1986. Il y eut en tout 136 visites célestes.

Une fin de journée de début octobre 1949, Caterina marchait sur un chemin de Bergalla, non loin de son habitation, en compagnie de sa soeur Maria et d'un garçon sourd-muet, lorsque tous trois furent surpris par la vision d'une mystérieuse silhouette: un ange vêtu d'or. L'ange volait au-dessus des maisons, accompagné d'une nuée d'hirondelles.

Le garçon prend peur et court appeler sa mère. Caterina et sa soeur Maria se précipitent dans leur maison en criant: «Avez-vous vu un ange qui ressemble au Seigneur?»

Le jour suivant, vers 18 heures, Caterina est en train de surveiller les brebis près d'un bosquet, cette fois-ci en compagnie d'une autre de ses soeurs, Giorgia, et d'une petite amie, Maria Coscia, la soeur du jeune garçon sourd-muet.

« Les figues étaient mûres, racontera par la suite Caterina, et eux étant plus agiles que moi, grimpèrent sur l'arbre. Ils me lançaient les fruits que je rassemblais dans mon tablier quand tout d'un coup réapparaît cette grande silhouette. Avant toute autre chose, une grande lueur m'aveugle et me contraint à m'agenouiller. Puis, d'une seconde à l'autre je vois la Madone. Elle est grande, très jeune (moins de 20 ans), vêtue d'une longue robe rose sur laquelle elle porte un manteau bleu. Aux pieds, elle a des sandales semblables à celles des religieux. Autour de sa tête, il y a une couronne d'étoiles, ainsi qu'une auréole. Ses yeux sont bleus; son regard est très doux. Se tournant vers moi, la Madone me dit: "Tu réciteras beaucoup de chapelets pour les malades. Dans cinq mois je reviendrai."»

Chaque apparition durera une vingtaine de minutes, au cours desquelles Caterina verra et entendra la Madone qui dialoguera avec elle. Caterina déclare avoir reçu de la Madone un certain nombre de messages personnels, ainsi que divers secrets regardant le futur de l'humanité et de l'Eglise. Certaines de ces prophéties se sont réalisées, d'autres pas encore. Elles seront divulguées par la suite, comme l'a annoncé la Madone à Caterina.

Exactement cinq mois après cette première rencontre, Caterina garde à nouveau les brebis, avec sa cousine Maria, dans un pré de la zone dite "Boggia", lorsque subitement elle appelle la cousine et lui dit:
- Regarde, là-haut il y a la Madone!
Mais la cousine ne voit rien et demande:
- Où?
- Là, sur le rocher de marbre de Carrare, regarde bien!
La cousine a beau bien regarder, elle ne voit rien. Caterina révélera plus tard qu'à cette occasion la Madone s'est déclarée très contente parce que j'avais commencé les premiers vendredis du mois.

«Elle me prévient que dans un mois elle reviendra. Puis en se tournant, elle s'éloigne; je la vois montrant un grand rayon lumineux, avant qu'elle ne disparaisse dans un nuage rose.»

Le 5 avril 1950, Caterina est avec ses parents et sa cousine en train de faucher et de ramasser de, l'herbe lorsque, subitement, elle tombe à genoux et s'exclame: «Là-haut, il y a la Madone!» Lorsqu'elle se relève, elle dit que la Madone l'a invitée à prier davantage.

Le 5 mai 1950, la petite voyante se rend à l'église de Sainte-Apollonie pour réciter le chapelet. A 18h30 la Madone lui apparaît et lui dit: «Il faut devenir meilleur. Dis à tes compagnes d'être meilleures. »

Un mois plus tard, à 18h15, Caterina, voyant la Madone, lui demande:
-Marie, dis-moi qui tu es!
- Je suis l'Immaculée Conception.
- Tant de malades attendent tes grâces, implore la voyante.
- J'accorderai la grâce à tous ceux qui la méritent.
Le 5 juillet, durant l'apparition, Caterina dit: «Oh, Marie, c'est une jeune enfant qui demande ta grâce. Guéris-la!»
Et la Vierge pose un baiser sur le front de Caterina. Le jeune sourd-muet bénéficie de la vision. Il se met à genoux et s'écrie par trois fois: «Vive Marie !»

Le 5 octobre 1950, grave avertissement: « Les bons seront récompensés, mais si vous continuez à être méchants, un impressionnant châtiment viendra sur la terre. Il faut être meilleur et prier davantage.»

Le 5 janvier 1951, la Madone, souriante et contente, déclare: « Ceux qui travaillent à la construction de ma chapelle et ceux qui feront des offrandes pour sa construction recevront une bénédiction... Quand personne ne l'attendra, je ferai un miracle.»

Le 5 juillet 1956: «Mon Coeur n'est pas content et encore moins celui de mon Jésus (On venait de publier la notification épiscopale contre les apparitions). Moi, je vous veux toujours du bien. Priez beaucoup pour me consoler et bientôt je vous contenterai. Mes enfants, mon désir est que vous vous approchiez tous de mon Coeur. Priez, priez, vous mes enfants qui m'êtes les plus proches, afin que les plus éloignés s'approchent eux aussi.»

Le 5 février 1957: «Je suis très contente parce que beaucoup parmi vous ont fait durant ce mois ce que je désirais. Ce mois-ci je vous dis une chose qui vous fera plaisir: je ferai bientôt un miracle et bientôt aussi la petite chapelle sera bénite; on y célébrera la messe. Priez encore beaucoup, afin que votre Maman puisse intercéder auprès de son Fils Jésus pour tout ce dont .vous avez besoin.»

Le 5 août 1957: «Je suis la Mère du bel Amour et de la saite Espérance. Qui me cherche, trouve la paix, la fécondité et la vraie vie de grâce.» .

Le 5 décembre 1957: «J'aime les justes, mais j'aime aussi ceux qui se trouvent dans l'infortune et la faute. Chers enfants, réfugiez-vous sous mon manteau. Je vous étreindrai contre mon Coeur et vous conduirai à Jésus.»

Le 5 juin 1958: «Sachez, chers enfants, que je viens sur cette terre pour vous sauver et vous prendre tous un jour avec Moi au paradis... Demandez miséricorde à la divine Justice et j'exaucerai vos besoins.»

Le 5 août 1959: «Vous devez savoir que la souffrance est l'échelle qui porte au ciel les âmes qui la supportent avec résignation.»

Le 5 mars 1960: «Ces temps-ci priez, parce que je veux convertir la Russie et la porter à Jésus.»

Le 5 mai 1960: «Chers enfants, vous n'avez jamais entendu dire que quiconque a imploré mon aide ait été abandonné? Priez, priez parce que l'humanité ne trouvera pas la paix tant qu'elle ne se confiera pas à la miséricorde de mon fils Jésus.»

Le 5 juin 1961: «Mes enfants, nourrissez un grand amour pour le Coeur de mon Jésus, en faisant les communions réparatrices des premiers vendredis du mois... Soyez tranquilles. Jésus prépare une grande consolation pour vous.»

Le 5 février 1962: «Sachez que la Toute-Puissance de mon Fils Jésus est limitée à la mesure de votre confiance, et qui sait le nombre de fois où vous auriez pu obtenir davantage de grâces si vous aviez prié avec plus de confiance...»

Le 5 décembre 1963: «Mon Coeur immaculé doit triompher; alors seulement le monde pourra vivre en paix. Chers enfants, je ressens tous vos désirs et toutes vos angoisses et je place tout dans le Coeur de mon Jésus. Soyez tranquilles; rien ne sera refusé aux âmes qui auront demandé avec une vraie foi.»

Le 5 janvier 1970: « Sachez, chers enfants, que vous êtes tous tenus de vous sanctifier et que vous tous devez collaborer, avec une responsabilité réciproque, à la réalisation du Règne de Dieu en chacun de vous et dans le prochain. Sur cette terre ce sera une lutte continuelle, mais je promets une grande joie dans le ciel à quiconque aura correspondu à mes désirs.»

Le 5 octobre 1971: « Chers enfants, c'est la dernière fois que mon Jésus me permet de venir au milieu de vous. Je viendrai une fois encore pour toi, mais à une date que tu ignores. Chers enfants, vous connaîtrez très bientôt la vérité sur mes manifestations parce que je ferai sur elles la lumière. Votre foi, n'aura pas été vaine. Sur le Monte Croce vous pourrez trouver la lumière et la force, et Moi je concéderai en ce lieu beaucoup de grâces. Chers enfants, je vous laisse le commandement de l'amour: aimez-vous les uns les autres comme mon Jésus et votre Maman vous aiment et vous aurez ce que votre coeur désire. Ma bénédiction s'étend sur chacun de vous.»

Après quinze années de silence, Marie apparaît une dernière fois le 5 novembre 1986 à Caterina Richero, au hameau de Bergalla. Il était 21h30. La voyante se trouvait à la maison avec son mari et sa fille, lorsque, s'adressant à son mari, elle s'exclame: «Oh Giorgio, quelle lumière, quelle lumière!» Caterina s'agenouille par terre. Son mari essaye de la relever, mais il se rend compte qu'elle est aussi dure que la pierre. Elle est entrée en extase. Et ses deux proches l'entendent dire: «Oui, Oui, oui je vais.»
Revenue à soi, Caterina se précipite vers la table pour mettre par écrit le message qu'elle a reçu et que voici: «Ma fille, le moment où je veux être honorée par mes enfants est arrivé. Tous n'ont pas compris les paroles du dernier message. Maintenant, la lumière a été faite, beaucoup l'ont vue, d'autres la verront afin que vous sachiez qu'ici est le lieu que j'ai choisi. Va, dis-le à l'évêque, ce ne sera pas son successeur, mais ce fils évêque actuel dans lequel j'ai trouvé ma complaisance. Lui te comprendra. Avec Jésus, je bénis tous ceux qui se prodiguent pour mon triomphe.»

La Madone maintenait ainsi la promesse faite le 5 octobre 1971, avant-dernière d'une longue série d'apparitions qui débuta le 5 octobre 1949. Ce dernier message du 5 novembre 1986 comportait aussi un passage concernant exclusivement Caterina. (D'après Marino Parodi et André Castella - Stella Maris n°370 - mai 2001)

Autre site: http://www.inliguria.it/montecroce/

retour à la page précédente