Fait rarissime dans les apparitions de la Vierge Marie, la similitude constatée à travers le titre révélé de Notre Dame de tous les peuples :
Amsterdam (Hollande)
Akita (Japon)
Valkenswaard (Hollande)

Rappelons Que la Vierge Marie a révélé à Ida Peerdeman le désir que l'Eglise la proclamme Corédemptrice, Médiatrice et Avocate.
Aussi, faudrait-il peut-être prendre conscience de l'importance de la prière (ci dessous) de NOTRE DAME DE TOUS LES PEUPLES.

Si vous désirez vous rendre à Amsterdam n'hésitez pas à nous contacter. Nous restons à votre disposition pour vous fournir quelques renseignements relatifs à l'hebergement et au tracé de route.

AMSTERDAM (HOLLANDE)
1945-1959

NOTRE DAME DE TOUS LES PEUPLES
Corédemptrice, Médiatrice et Avocate

NOTRE DAME DE TOUS LES PEUPLES

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père, répands à présent Ton Esprit sur la terre.
Fais habiter l’Esprit Saint dans les coeurs de tous les Peuples, afin qu’ils soient préservés de la corruption, des calamités et de la guerre.
Que la Dame de tous les Peuples, la bienheureuse Vierge Marie, soit notre Avocate. Amen.

 

 

Marie veut être dans ce temps la "Dame, Mère de tous les Peuples". C'est ainsi qu'elle s'est présentée à Amsterdam de 1945 à 1959 au cours d'apparitions. Ida Perdemann, la voyante, reçut en plus, la prière ci-dessus pour demander la descente de l'Esprit Saint sur la terre. L'image représente Marie en tant que Corédemptrice, Médiatrice et Avocate, debout devant la croix de son Fils à laquelle elle fut si étroitement et douloureusement unie. De ses mains jaillissent des rayons de Grâce, Rédemption et Paix pour tous les peuples. Ces dons provenant de la croix, Marie peut les accorder à ceux qui réciteront quotidiennement cette prière. La Dame dit: "Cette prière est donnée pour la rédemption du monde. Cette prière est donnée pour la conversion du monde. Récitez cette prière en toute circonstance. Vous ne savez pas quelle est la puissance et l'importance de cette prière en face de Dieu. Qui ou quoi que vous soyez, recourez à la Dame de tous les Peuples!" www.de-vrouwe.org

Ida Peerdeman est décédée le 17 juin 1996. Entre le 25 mars 1945 et le 31 mai 1959, la Vierge Marie lui est apparue plus de 50 fois. Elle lui a révélé notamment le désir que l'Eglise la proclame "Marie, Corédemptrice, Médiatrice et Avocate." Elle a demandé également que l'on récite la prière ci-dessus pour hâter la seconde Pentecôte:

"Beaucoup ne connaissaient Marie qu'en tant que Marie...Or, maintenant, au début de cette nouvelle ère, je désire être la Dame de tous les Peuples. Cela, tout le monde peut le comprendre."(message du 2 juillet 1951)

"… J’ai souffert avec mon Fils spirituellement et surtout aussi corporellement. Ce dogme sera fortement controversé" (message du 1 avril 1951)

"… Je suis ici comme la co-redemptrice et l’Avocate. … Le monde est en corruption, à un tel degré, qu’il fallait que le Père et le Fils M’envoient dans le Monde parmi tous les peuples, pour venir comme Avocate et pour les délivrer." (message du 29 avril 1951)

     

 

Marie, Corédemptrice, Médiatrice et Avocate

En préambule du livre de Jean Paul II, "Marie dans le mystère du Christ et de l'Eglise", aux éditions Parole et Silence, Jean Michel Garriges exprime la position de l'Eglise à propos du titre, "Corédemptrice, Médiatrice et Avocate, dont Marie pourrait être affublée:

La possibilité d'une nouvelle définition dogmatique au sujet de la Vierge Marie semble être étudiée par le Magistère de l'Église. En effet, le Saint-Siège a demandé officiellement à une commission théologique, issue du congrès mariologique international réuni à Czestochowa en août 1996, d'étudier "la possibilité et l'opportunité de définir un nouveau dogme de foi sur Marie Corédemptrice, Médiatrice et Avocate". Dans son édition hebdomadaire française du 24 juin 1997, l'Osservatore romano publiait la réponse de cette commission mariologique. Celle-ci était parvenue à une double conclusion:
1°/ la formulation dogmatique des trois titres proposés ne serait pas dans la ligne doctrinale du Concile Vatican II qui, à la suite du pape Pie XII, n'a voulu définir aucun d'eux car ils sont équivoques, pouvant être compris de manière orthodoxe, mais aussi d'une manière qui ne l'est pas. Le commentaire non-signé qui accompagnait cette déclaration dans l'Osservatore romano, faisait remarquer qu'une définition dogmatique exige que "les termes employés ne soient pas susceptibles d'interprétations ambiguës".
2°/ Même en attribuant à ces titres un contenu en vertu duquel on pourrait accepter leur appartenance au dépôt de la foi, leur définition ne s'avérerait pas évidente d'un point de vue doctrinal, car celle-ci appelle un approfondissement de la place de Marie dans la Rédemption selon des perspectives trinitaire, ecclésiologique et anthropologique renouvelées. Le commentaire de l'Osservatore romano indique qu'on est à propos de ces titres "bien loin de l'unanimité théologique essentielle qui, pour ce qui est des questions doctrinales, reste la condition indispensable d une définition dogmatique" : ce fut en effet le cas pour le dogme de l'Immaculée Conception de Marie qui ne fut proclamé qu'au terme d'un développement dogmatique laborieux étalé sur sept siècles.
On pourrait se demander à première vue si cette déclaration de la commission théologique du dernier congrès mariologique n'assigne pas au développement du dogme marial la doctrine du Concile Vatican II (Constitution dogmatique Lumen gentium ch. VIII) comme terme ultime. En la lisant avec attention, on remarquera qu'elle appelle, bien au contraire, à un "approfondissement" de celle-ci, mais en rappelant qu'il doit se faire "dans la ligne théologique suivie par Vatican II". Or ce développement de la doctrine mariale de Vatican II apparaît clairement dans la catéchèse sur la Vierge Marie que le pape Jean Paul II a enseignée aux audiences du Mercredi, entre septembre 1995 et novembre 1997. Jean-Paul II approfondit l'enseignement conciliaire à la lumière du magistère ordinaire postérieur, celui du pape Paul VI (dans son encyclique Christi mater de 1966 et ses deux exhortations apostoliques Signutn magnum de 1967 et Marialis cultus de 1974) et le sien propre (encyclique Redemptoris mater de 1987 et lettre apostolique Mulieris dignilatem de 1988).
Dans le prolongement de la doctrine mariale de Vatican II
Le magistère ordinaire pontifical s'est avancé très loin dans le sens d'un développement dogmatique en déclarant par la voix de Paul VI que "le rôle maternel" par lequel Marie "coopère à la naissance et à la vie divine dans chacune des âmes des hommes rachetés [...] fait partie intégrante du mystère du salut des hommes : il doit être objet de foi pour tous les chrétiens " (encyclique Signum magnum, 1 ; nous soulignons) Comme cela s'est vu confirmé à propos de l'impossibilité pour l'Église d'ordonner des femmes prêtres, quand le pape confirme d'une manière aussi déterminée un objet de foi enseigné de diverses manières par le magistère ordinaire, on doit estimer qu'il engage l'infaillibilité de l'Église non sur les termes mêmes mais sur le contenu de la doctrine, indiquant par là de manière sûre le sens dans lequel doit se faire le développement dogmatique...

Marie, Corédemptrice ?

Dans le même livre, sous le titre du chapitre, "Marie, coopératrice de la Rédemption", Jean Paul II s'exprime:

Au cours des siècles, l'Église a médité sur la coopération de Marie à l'œuvre du salut, en approfondissant l'analyse de son association au sacrifice rédempteur du Christ. Saint Augustin attribuait déjà à la Vierge le titre de "coopératrice" de la Rédemption (Sancta Virginitate, 6; PL 40, 399), titre qui souligne l'action conjointe et subordonnée de Marie au Christ Rédempteur.

C'est dans ce sens que s'est développée la réflexion, en particulier à partir du XVe siècle. D'aucuns craignaient que l'on ne veuille élever Marie au même niveau que le Christ. En réalité l'enseignement de l'Église souligne clairement la différence entre la Mère et le Fils dans l'œuvre du salut, en illustrant la subordination de la Vierge, en tant que coopératrice, à l'unique Rédempteur.

Du reste, en affirmant " nous sommes les coopérateurs de Dieu (1 Co 1, 9), l'Apôtre Paul soutient la possibilité concrète pour l'homme de coopérer avec Dieu. La collaboration des croyants, qui exclut bien évidemment toute ressemblance avec Lui, s'exprime dans l'annonce de l'Evangile et dans la contribution personnelle à son enracinement dans le cœur des êtres humains.
...

Marie, nouvelle Eve, devient ainsi l'icône parfaite de l'Église. Dans le dessein divin, elle représente au pied de la Croix l'humanité rachetée qui, ayant besoin du salut, devient capable d'offrir une contribution au développement de l'œuvre salvifique.
Le Concile se rappelle bien de cette doctrine et la reprend, en soulignant la contribution de la Très Sainte Vierge non seulement à la naissance du Rédempteur, mais également à la vie de son Corps Mystique au cours des siècles et jusqu'à l'"eschaton": dans l'Eglise, Marie "a coopéré" (cf. LG, n. 53) et "coopère" (cf. LG, n. 53) à l'œuvre du salut. En illustrant le mystère de l'Annonciation, le Concile déclare que la Vierge de Nazareth, "épousant (...) la volonté divine de Jésus, se livra elle-même intégralement, comme servante du Seigneur, à la personne et à l'œuvre de son Fils, pour servir, dans sa dépendance et avec lui, par la grâce du Dieu tout puissant, au mystère de la Rédemption.

En outre,Vatican II présente Marie non seulement comme la "mère du Rédempteur", mais également comme "généreusement associée [...] à un titre absolument unique", qui apporte à "l'oeuvre du Sauveur une coopération absolument sans pareille par son obéissance, sa foi, son espérance, son ardente charité". Il rappelle également que le fruit sublime de cette coopération est la maternité universelle: "C'est pourquoi elle est devenue pour nous, dans l'ordre de la grâce, notre Mère" (LG, n. 61). Nous pouvons donc nous tourner avec confiance vers la Vierge Marie en implorant son aide, conscients du rôle particulier qui Lui a été confié par Dieu, le rôle de coopératrice de la Rédemption, qu'elle a exercé toute sa vie et, en particulier, au pied de Croix.

***********************

L'OEUVRE DE COREDEMPTION
Message donné par la Vierge Marie à Don Gobbi (MOUVEMENT SACERDOTAL MARIAL)
en locution intérieure le 13/7/198O.


Secondez mon dessin, fils de prédilection et laissez vous former par votre Maman. Ainsi, Je peux vous associer de mieux en mieux à mon œuvre maternelle de corédemption.
Jésus est le seul rédempteur, parce que c'est Lui l'unique médiateur entre Dieu et les hommes. Toutefois, il a voulu associer à son œuvre rédemptrice tous ceux qu'il a lui-même rachetés afin que resplendisse de façon plus intense et plus merveilleuse l'œuvre miséricordieuse de son amour. Ainsi, vous qui avez été rachetés, vous pouvez coopérer avec lui à son œuvre rédemptrice. En vous, qui lui êtes si profondément unis au point de former son propre Corps mystique, il peut cueillir, en votre époque, le fruit de tout ce qu'il a accompli une fois pour toutes au Calvaire.
Je suis pour vous le modèle de votre coopération à l'oeuvre rédemptrice de mon Fils. En effet :
- Parce que Mère de Jésus, J'ai été par lui intimement associée à sa rédemption.
Ma présence sous la croix vous dit comment mon Fils a voulu unir de façon parfaite sa Mère à sa grande souffrance, au moment de sa passion et de sa mort pour vous.
Si la Croix a été son gibet, la douleur de mon Cœur Immaculé a été comme l'autel sur lequel mon Fils a offert au Père le sacrifice de la nouvelle et éternelle alliance.
- Parce que Mère de l'Église, Jésus m'a aussi intimement associée à l'accomplissement de la rédemption qui s'actualise au cours de l'histoire, afin d'offrir à tous les hommes la possibilité de recevoir le salut qu'il vous a obtenu au moment de sa sanglante immolation. Ainsi, plus nombreux sont les hommes qui parviennent au salut, plus se réalise le chef-d'œuvre de son amour divin.
Ma tâche maternelle consiste à aider de toutes manières tous mes enfants à parvenir au salut ; et à coopérer de façon particulière, aujourd'hui encore, à la rédemption accomplie par mon Fils Jésus. Ma fonction de vraie Mère et de véritable Corédemptrice se manifestera à tous....

**************************************************************

L' évêque de Haarlem-Amsterdam, Mgr Josef Maria Punt a reconnu officiellement le 31 mai 2002 l'authenticité des messages et des apparitions de La Dame de Tous les Peuples.

Autres liens : http://www.de-vrouwe.info
http://www.communaute-dame.qc.ca/dame/DTP_Apparitions_FR.htm
http://nouvl.evangelisation.free.fr/la_dame_de_tous_les_peuples_table.htm

********************************

Rappelons qu'il existe une Eglise de Toutes-les-Nations (également appelée basilique de l’Agonie, Basilica Agoniæ Domini) située au pied du mont des oliviers à Jérusalem, au lieu-dit « Gethsémani ». Construite de 1922 à 1924, elle renferme le rocher au pied duquel Jésus pria durant son agonie, avant son arrestation.

Quelques images d'Amsterdam