MONTICHIARI-FONTANELLE (ITALIE)
1946-1947 ; 1966 ; 1974-1976
ROSA MISTICA

 

Le 24 novembre 1946, Pierina Gilli, alors infirmière voit une très belle dame. Elle est vêtue de couleur violette et porte un voile blanc. Elle est transparente. Elle ne dit rien. Pierina est éblouie et s'interroge.
Le ler juin 1947, la dame apparaît de nouveau, moins transparente, plus réelle, mais toujours silencieuse. Des larmes coulent de ses yeux jusque sur le sol, trois grandes épées traversent sa poitrine. Elle prononce ces trois mots: Prière, sacrifice, pénitence.
Lors de la deuxième apparition (13 juillet 1947), elle précise: "Je suis la Mère de Jésus et la Mère de vous tous. Le Seigneur m'envoie pour promouvoir une plus efficace piété mariale dans les Instituts et Congrégations religieux [... ] et parmi les prêtres. Je promets à tous ceux qui m'honoreront, ma protection, un renouveau de vocations, moins d'apostasie, et un grand désir de sainteté. Que le 13 de chaque mois soit un jour de prière dédié à Marie et préparé durant les 12 premiers jours du mois. Je ferai descendre sur ce jour une abondance de grâces et de vocations."
Pierina demande un miracle.
- Le miracle sera le renouveau spirituel des familles religieuses, selon l'esprit de leurs fondateurs, répond la Vierge.
Les trois épées signifiaient le tarissement des vocations, la vie pécheresse de beaucoup de prêtres et la haine contre l'Eglise.
Quant aux trois roses : blanche, rouge et jaune, elles signifiaient respectivement l'esprit de prière, de sacrifice et de pénitence.
Au cours de la septième et dernière apparition (8 décembre), il y eut deux guérisons: un poliomyélitique de 5 ans, qui n'avait jamais pu marcher, et une jeune tuberculeuse de 26 ans, qui ne pouvait même plus parler. Les guérisons furent instantanées et complètes.

Après cela, sur l'ordre de l'évêque de Brescia, Mg, Giacinto Tredici, Pierina dut se retirer dans un couvent de religieuses à Brescia, à quelques kilomètres de là, comme servante. Elle accepta simplement cette retraite éprouvante et confinée.
Tout semblait donc terminé avec la louable obéissance de Pierina et de ceux qui croyaient en elle.

Pierina récitait fidèlement le Rosaire. La Vierge lui manquait. Et soudain, en février 1966, elle la voit de nouveau au moment où elle priait dans sa chambre. Elle prévient l'évêque qui recommande la plus totale discrétion. Le 17 avril 1966, elle va prier dans la grotte de Fontanelle où l'on descend par un escalier de pierre, il y coule une source. La Vierge apparaît et lui dit:
- Mon divin Fils, tout Amour, m'envoie pour rendre cette source miraculeuse, comme signe de purification et de pénitence. Que tous les malades, mes enfants, demandent pardon à mon Fils par un baiser d'amour, avant de se désaltérer à cette source.
L'évêque reste réservé, mais le pèlerinage demeure, discret et fervent, soutenu par ceux qui ont trouvé grâce en ce lieu.
Pierina fut présentée à S.S. Pie XII, à l'audience du 9 août 1951. Le pape lui dit:
- Nous nous souvenons de ce que les pèlerins de Montichiari nous ont rapporté. Dis-moi, chère fille, es-tu devenue meilleure après avoir vu la Vierge ?
Pierina resta embarrassée dans son humilité. Elle fit un léger signe de tête affirmatif. Le pape posa la main sur elle:
- Courage ma fille, cherchez à mieux correspondre à une si grande et si merveilleuse grâce. Priez aussi pour Nous.
Le lien entre Fatima, Ghiaie di Bonate et Montichiari fut exprimé le 7 décembre 1947, où l'apparition déclara:
- A Fatima, j'ai fait répandre la dévotion de la consécration à mon Coeur.
- A Bonate, j'ai cherché à la faire pénétrer dans la famille chrétienne.

- A Montichiari, je désire que cette dévotion à la Rose mystique, unie à la dévotion à mon Cceur, soit approfondie dans les Instituts religieux et obtiennent de plus abondantes grâces par mon coeur maternel.
Suivit cet appel:-A Bonate, la foi manque!

L'évêque de Brescia, averti, recommanda à Pierina la discrétion et le silence le plus absolu. Elle se rendit donc à la fontaine, accompagnée d'une seule amie.
Au cours de cette apparition et des suivantes, jusqu'au 6 août, signes et paroles ont expliqué le message: Marie: "Rose mystique"et la fontaine: symbole des grâces qui seront répandues en ce lieu.
A la quatrième et dernière apparition, le 6 août 1966, jour de la Transfiguration, la Vierge lui demanda une communion réparatrice pour le 13 octobre 1966.
D'autres apparitions ont suivi, du 15 mai 1974 au 31 octobre 1976, avec d'autres signes, guérisons et conversions.

D'après René Laurentin (Chrétiens Magazine N° 142 - Juin 2001)

L'HEURE DE GRÂCE
(7e Apparition du 8 décembre 1947 )
Ce 8 Décembre 1947, plusieurs milliers de personnes venues de toutes parts étaient accourues pour l'apparition annoncée. Pierina Gilli s'agenouilla au centre de la nef à l'endroit où les autres apparitions avaient eu lieu. Pendant qu'on disait encore le chapelet, Pierina s'écria : "Oh! la Madone !"
Aussitôt se fit un grand silence.
La Madone se montra à Pierina sur un grand escalier blanc qui était orné des deux côtés de roses : des roses blanches, rouges et dorées. La Mère de Dieu sourit et dit : "Je suis l'Immaculée Conception" Et continuant à descendre l'escalier avec une grande majesté, elle dit : "Je suis Marie de la grâce, c'est-à-dire la pleine de grâces, Mère de mon divin Fils Jésus-Christ".
Descendant encore les escaliers, elle poursuivit : "Par ma venue ici, à Montichiari, je souhaite être invoquée et vénérée sous le nom "Rosa Mystica" "JE SOUHAITE QUE CHAQUE ANNÉE, LE 8 DÉCEMBRE, A L'HEURE DE MIDI, on célèbre L'HEURE DE GRÂCE POUR LE MONDE ENTIER" "Par cet exercice, on obtiendra de nombreuses grâces spirituelles et corporelles" Et elle continua : "Notre-Seigneur, mon divin Fils Jésus accordera sa très grande miséricorde pour autant que les bons continueront à prier pour les pauvres pécheurs.
Qu'on veuille faire part, le plus vite possible au Pasteur suprême de l'Église catholique, le Pape Pie XII, que c'est mon souhait que cette HEURE de GRÂCE soit connue et diffusée dans le monde entier. Celui qui ne peut pas se rendre à l'église doit prier chez lui à l'heure de midi (12H à 13H) et il recevra alors mes grâces. A ce moment la Mère de Dieu montra à Pierina son coeur et la Madone magnifiquement resplendissante d'amour laissa s'échapper ces mots : "Vois ce coeur qui aime tant les hommes, tandis que le plus grand nombre l'accable d'outrages !" Ici elle s'arrêta quelques instants. "Lorsque les bons et les méchants s'uniront dans une prière unanime, ils obtiendront de ce coeur miséricorde et paix. Présentement les bons ont obtenu par moi du Seigneur miséricorde " "celle-ci a arrêté un grand châtiment"
Puis continuant en souriant : "Sous peu, on reconnaîtra la grandeur de cette heure de grâce".

 

Site à visiter :

retour à la page précédente